Atelier master – installer et utiliser Whisper

J’ai été contacté au début de l’année par l’association des étudiant-e-s de sociologie (la Casah, corporation des apprentis sociologues-anthropologues et historiens) pour animer un atelier sur l’installation de whisper sur les ordinateurs des étudiant-es. Les étudiant-es n’ont en effet pas forcément accès à Huma-num qui permet une retranscription en ligne gratuitement. J’anime donc aujourd’hui cet atelier de deux heures qui est structuré en 2 étapes :

  • une introduction pour réfléchir aux enjeux éthiques et méthodologiques de la retranscription par Whisper
  • un atelier pratique pour (tenter d’) installer Whisper sur les ordinateur des étudiant-es

Vous retrouverez mes supports ci-dessous. (Veuillez pardonner mon enthousiasme dans l’utilisation des options graphiques de Powerpoint : on procrastine comme on peut.)

Retranscrire avec whisper via huma-num

Cela fait maintenant plusieurs mois que le bruit court : un logiciel gratuit permettrait d’obtenir des retranscriptions automatiques d’une qualité excellente. Il s’agit de “Whisper”, développé par OpenAI. Après avoir lu cet article qui donne un aperçu assez complet du programme, j’ai installé Whisper sur mon ordinateur et j’ai effectivement été bluffé : il faut repasser après whisper bien sûr, mais on a un aperçu assez fidèle du contenu de l’entretien avant même de le reprendre.

Mais avoir Whisper sur son ordinateur n’est pas sans poser des difficultés :

  • la première, et non des moindre, est d’installer Whisper, et donc Python, sur son ordinateur. En réalité, c’est surmontable, en commençant par installer par exemple Anaconda et en passant par là pour installer Whisper, et en se faisant aider par ChatGPT.
  • la seconde, qui est moins facile à dépasser, c’est que Whisper nécessite un bon processeur : c’est un programme qui demande un (très) bon ordinateur, et de ne pas en avoir besoin durant la retranscription

Quelle solution alors ? Hé bien, il se trouve que Whisper est aussi disponible sur Huma-num, un site accessible aux chercheuses et chercheurs en sociologie via leur inscription dans un laboratoire.

Petit tuto étape par étape pour y accéder ci-dessous.

Bonnes retranscriptions !

Nota : il faut plutôt choisir le dossier “auto” au sein du modèle (large, medium ou small), j’ai l’impression que c’est plus rapide.

La retranscription se met automatiquement en route, sans aucune alerte ni signe. Lorsqu’elle est terminée, vous recevez un mail qui vous l’annonce. Elle se retrouve facilement dans le dossier où vous l’avez déposée. Pensez à la télécharger rapidement, des collègues m’ont signalé qu’elle pouvait être retirée du site au bout d’un certain temps.

AAC : L’âge, un rapport social ?

Je suis très content de vous présenter cet appel à communication pour une double journée d’études consacrée à l’âge en tant que rapport social. Il est issu d’un travail de réflexion mené avec Valérie Cohen, Claire Lefrançois et Martin Sarzier.

L’âge, un rapport social ?

Journées d’études, 14-15 mars 2024 Université de Tours – Laboratoire CITERES, équipe CoST

Valérie Cohen, maîtresse de conférences, valerie.cohen@univ-tours.fr Aden Gaide, maître de conférences, aden.gaide@univ-tours.fr
Claire Lefrançois, maîtresse de conférences, claire.lefrancois@univ-tours.fr Martin Sarzier, ATER, martin.sarzier@univ-tours.fr

Objectifs des journées

Ces journées d’études ont pour objectif d’alimenter la réflexion sur les rapports sociaux d’âge. L’intérêt porté pour cette perspective d’analyse est relativement récent de sorte qu’une sociologie de l’âge (au singulier) est loin d’aller de soi et se présente pour l’heure comme un sous-champ en construction. C’est en effet moins l’âge que les âges de la vie qui ont été étudiés par la discipline à partir de travaux relatifs à l’enfance, à la jeunesse, ou encore à la vieillesse, comme en témoigne par exemple l’existence de réseaux thématiques de l’AFS distincts (RT 7 « Vieillesses, vieillissement et parcours de vie » et RT 15 « Sociologie de la jeunesse »). Différents manuels attestent d’un foisonnement de recherches consacrées à ces différents âges statutaires, suivant des perspectives théoriques et empiriques variées (Caradec, 2015 ; Court, 2017 ; Galland, 2022 ; Mauger, 2015 ; Van de Velde, 2015). Des travaux ont proposé d’entamer un décloisonnement de ces sous-champs. La sociologie des parcours de vie, notamment, étudie les trajectoires individuelles d’avancée en âge en relation avec des « dispositifs de mise en ordre des âges » ou des polices des âges propres à un contexte socio-historique donné (Percheron, 1991). Elle vise ainsi notamment à « considérer l’ensemble de l’existence sans extraire de l’analyse une catégorie d’âge particulière » (Bessin, 2009, p. 13). Des études ont mis en évidence l’institutionnalisation des parcours de vie (Kohli, 1986), qui organise les existences en trois grandes étapes (jeunesse – formation, âge adulte – travail, vieillesse – retraite). Elles ont permis d’aboutir à la définition de l’âge actif, c’est-à-dire de l’âge auquel il est socialement normal d’occuper un emploi (Guillemard, 2010 ; Perriard, 2017). Les âges de la vie s’articuleraient ainsi autour de l’âge actif, évolutif en fonction des besoins du marché du

travail. L’âge est toutefois rarement pensé en sociologie comme un système de division hiérarchisée entre des âges de la vie et surtout comme l’enjeu de rapports sociaux.

Dans la sociologie des rapports sociaux, la question de l’âge occupe par ailleurs une place mineure. Au sens de la tradition matérialiste, dont elle est issue, la notion de rapport social renvoie à « une relation antagonique entre deux groupes sociaux, établie autour d’un enjeu » (Kergoat, 2011, p. 11). Il s’agit d’un « rapport de production matérielle et idéelle » (Ibid.) abstrait, distinct des relations sociales, « immanentes aux individus concrets entre lesquels elles apparaissent » (p. 12). Alors que les rapports sociaux de classe, de genre, de race ainsi que leurs imbrications ont donné lieu à une production conséquente de recherches, de discussions théoriques et de controverses, les travaux relatifs aux rapports sociaux d’âge sont rares. Les questions qui s’y réfèrent, sans être nouvelles, sont tout juste émergentes. Plus encore, les auteur·ices mobilisent l’expression « rapport social d’âge » mais sans toujours la définir et sa pertinence est d’ailleurs parfois contestée (Rennes, 2020). Danièle Kergoat utilise la notion de « rapports de génération » en soutenant l’idée qu’il s’agit de rapports sociaux de production, mais pas au sein de la société française (Kergoat, 2011, p. 18) – l’autrice pense certainement au travail des enfants. La faible investigation à la fois théorique et empirique dont les rapports sociaux d’âge font l’objet tient sans doute au cloisonnement des sous-champs disciplinaires qui travaillent sur les âges mais aussi probablement à la difficile constitution et à l’invisibilisation en France de groupes revendicatifs sur ces questions (Lima, 2010 qui cite Mauger, 1995 ; Viriot Durandal, 2003).

Un contexte scientifique et politique propice au renouvellement de ces questionnements

Une approche en termes de rapports sociaux d’âge est donc pour le moment tout juste esquissée. Cette expression apparaît dans les travaux sans être stabilisée et donne lieu à peu de débats. Elle nous semble pourtant heuristique, car elle permet de penser ensemble des âges minoritaires (au sens de Guillaumin, 1985) situés aux extrêmes des âges de la vie et d’observer les enjeux auxquels ils sont exposés.

Dans cette perspective, différents travaux récents (Bessin et Vuattoux, 2016 ; Bonnardel, 2015 ; Delphy, 1994 ; Dussy, 2013 ; Pitterbraut-Merx, 2020) invitent à (re)penser et étudier l’âge comme un rapport social. De son côté, Juliette Rennes (2020) a notamment contribué à renouveler l’étude de l’âge comme « catégorie utile »

d’analyse des rapports sociaux de classe, de genre et de race. Plusieurs numéros spéciaux sur l’âgisme et l’âge ont paru depuis une dizaine d’années – Mouvements, 2009/3 n°59 ; Nouvelles questions féministes 2022/1 vol. 41, Pour 2022/1 n°242, Revue française des affaires sociales 2022/3 – et au moins trois journées d’études – « Âges et rapports sociaux » (2017), « Travailler les âges en professionnel·les » (2021) et « Les figures de l’adultéité » (2022) – traitent de cette thématique sans toutefois questionner de manière systématique ou frontale les rapports sociaux d’âge. Enfin, la création d’un laboratoire junior sur les rapports d’âge (RÂGE) en janvier 2023 témoigne des préoccupations actuelles sur le sujet.

Sur le plan politique, la pandémie de covid-19 et les scandales suscités par les révélations concernant les conditions de vie dans les EHPAD ont rendu visible et audible une critique anti-âgiste. Parallèlement, quelques collectifs récents, dont l’audience reste très confidentielle, dénoncent les violences faites aux enfants : le collectif « enfantiste », le mouvement #MeTooIncest, la page SOS périscolaire, etc. D’autres s’attachent à repenser la place des plus âgé·es (Maison des babayagas, Old Up, la commission AAFA-Tunnel de la comédienne de 50 ans, etc.).

Questions en débat

Ce contexte invite à préciser l’analyse en termes de rapports sociaux d’âge, laquelle pose différentes questions qui sont au cœur de ces journées d’études.

Une première série de questions concerne l’analogie du rapport d’âge avec les autres rapports sociaux. Juliette Rennes soutient que la « transposition » consistant à « dépeindre les victimes d’âgisme comme occupant une position dans des ”rapports sociaux” analogues aux rapports de genre, de classe et de racisation […] s’expose à des objections solides » (Rennes, 2020, p. 741). Elle relève trois spécificités des « relations d’âge » « bien connues des travaux de théorie sociale sur l’âge (Daniels, 1983 ; Calasanti, 2003) » (Id., p. 740) qui la conduisent à rejeter la notion de « rapports sociaux d’âge ». Premièrement, les individus, s’ils ne meurent pas jeunes, occupent au cours de leur existence différentes positions d’âge, tandis qu’un telle mobilité est bien plus rare dans les rapports de race, de genre ou même de classe. Deuxièmement, les assignations d’âge sont bien plus variables selon les contextes sociaux que les assignations de genre, de race ou de classe. Troisièmement, occuper une position d’âge dépréciée n’implique pas d’être désavantagé·e sur le plan économique. Cette journée d’études a vocation à discuter ces limites et alimenter ce débat.

Utiliser le cadre d’analyse des rapports sociaux pour penser l’âge invite à distinguer des groupes organisés autour d’un enjeu antagonique : un groupe majoritaire, détenant le pouvoir, et des groupes minoritaires. Selon Colette Guillaumin (1985), les groupes minoritaires se caractérisent par les stéréotypes qu’on leur attribue, toujours très précis (on se représente aisément « les jeunes » ou « les vieux »), alors que le groupe majoritaire incarne l’universel et demeure difficile à cerner ou à décrire. Il ne peut être décrit que dans sa relation avec les minorités : être majoritaire, c’est d’abord ne pas être minoritaire.

Une telle hypothèse soulève la question de l’hétérogénéité des groupes sociaux d’âge, critique couramment portée à l’encontre d’une pensée de l’âge en tant que rapport social. L’hétérogénéité interne des classes sociales, des groupes de sexe ou encore des groupes racialisés n’a pourtant pas empêché de penser l’organisation d’un rapport social s’articulant autour d’un enjeu antagonique. Est-il possible de dépasser cette critique concernant les groupes d’âge ? D’une manière plus générale, quels sont les apports et les limites d’une analogie avec les rapports sociaux de classe, de genre et de race ?

Une seconde série de questions concerne le triptyque exploitation, domination, oppression, au cœur de la théorisation des rapports sociaux (Dunezat, 2004 ; Kergoat, 2011). L’exploitation, entendue comme une extorsion de travail, constitue le mobile d’un rapport social, « la raison d’être de toute division du travail » (Dunezat, à paraître, p.2). Le travail est ici défini dans une conception extensive. Celle-ci comprend l’emploi mais également les travaux non rémunérés, tels que le travail bénévole ou le travail domestique, dont les féministes matérialistes ont démontré qu’il était au centre du rapport social de sexe, contribuant ainsi à repenser tant les frontières que la définition du travail (Hirata et Zarifian, 2000). La domination renvoie, quant à elle, à la légitimation des rapports sociaux. La violence symbolique exercée par les groupes dominants conduit les groupes dominés à intérioriser la distribution inégalitaire des places sociales, qui tend à se trouver naturalisée. Enfin, l’oppression désigne la violence physique qui vise à maintenir les rapports sociaux coûte que coûte, lorsque la domination ne suffit plus à obtenir l’allégeance des groupes minoritaires. Sont incluses dans l’oppression les formes d’exclusion physique des dominé·es, qui les empêchent d’agir pour changer la répartition du travail.

Bien que les travaux sociologiques s’attardent peu sur ces dimensions, l’oppression et la domination des groupes d’âge minoritaires apparaissent relativement évidentes au regard notamment des enquêtes sur les violences intrafamiliales ou sur la maltraitance institutionnelle des plus âgé·es. En revanche, la question de l’exploitation est plus discutable (notamment pour les populations dont l’âge civil empêche l’accès au travail rémunéré). L’exploitation suppose la création de valeur de la part des minorités d’âge et l’appropriation de cette valeur par le groupe majoritaire. Quelle serait l’exploitation ou les exploitations au centre des rapports sociaux d’âge ? Sans exploitation, nul rapport social : c’est peut-être sur ce point que le débat est le plus nécessaire.

Cette journée d’étude vise ainsi à interroger ce que l’approche en termes de rapports sociaux permet de saisir des relations d’âge et, plus largement, de discuter dans quelle mesure celle-ci est susceptible d’ouvrir de nouvelles perspectives sociologiques.

Pour soumettre une communication, veuillez nous envoyer une proposition de 5 000 signes maximum (hors bibliographie) le 16 octobre 2023 au plus tard à l’adresse jerapportsocialdage@gmail.com. Les propositions de communication discuteront un travail de recherche empirique (dont la méthodologie sera précisée) grâce à une perspective qui interroge les rapports sociaux d’âge. Il est possible de revisiter des travaux déjà réalisés ou de présenter des enquêtes en cours. Les communications feront l’objet d’une sélection anonyme par le comité d’organisation.

Cette double journée d’études a pour objectif d’alimenter une réflexion collective sur des questions émergentes. Un temps sera donc consacré à la discussion. Pour le préparer au mieux, il sera demandé aux participant·es d’envoyer par mail un document d’environ 10 000 signes avant le 22 février 2024 aux organisateur·ices.

Bibliographie

Achin C., Ouardi S., Rennes J., 2009, « Âge, intersectionnalité, rapports de pouvoir. Table ronde avec Christelle Hamel, Catherine Marry et Marc Bessin », Mouvements, n°59, 3, p. 91-101.

Bessin M., 2009, « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales, n° 156, p. 12-21.

Bessin M. et Vuattoux A., 2016, « Les rapports d’âge dans les pratiques judiciaires. L’expérience institutionnelle des jeunes filles confrontées à la justice », Agora débats/jeunesses, vol. 74, no. 3, pp. 101-112.

Bonnardel Y., 2015, La domination adulte : L’oppression des mineurs, 1re édition, Myriadis.

Calasanti T., 2003, « Theorizing Age Relations », in Biggs S., Lowenstein A., Hendricks J. (dir.), The Need for Theory. Critical Approaches to Social Gerontology, Amityville/New York, Baywood, p. 199-218.

Caradec V., 2015, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Armand Colin (128).

Court M., 2017, Sociologie des enfants, Paris, La Découverte (Repères).
Daniels N., 1983, « Justice between Age Groups : Am I My Parents’ Keeper ? », The Milbank Quaterly, vol. 61, n°3, 1983, p. 489-522.


Delphy C., 1994, « Minorité légale ou incapacité réelle ? Le statut des enfants », Les Cahiers du Genre, 11, 1, p. 9-22.

Dunezat X., 2004, Chômage et action collective : luttes dans la lutte : mouvements de chômeurs et chômeuses de 1997-1998 en Bretagne et rapports sociaux de sexe, These de doctorat, Versailles-St Quentin en Yvelines.

Dunezat X., 2024 (à paraître), “Exploitation, Oppression, Domination”, in Bouvet M., Chossière F., Duc M. et Fisson E. (dir.), Catégoriser. Lexique des constructions sociales de la différence.

Dussy D., 2013, Le berceau des dominations : anthropologie de l’inceste, Édition revue et augmentée par l’auteure, Paris, Pocket.

Galland O., 2022, Sociologie de la jeunesse, 7e édition, Malakoff, Armand Colin (Collection U).

Guillemard A.-M., 2010, Les défis du vieillissement. Age, emploi, retraite : perspectives internationales, Paris, Armand Colin (Collection U).

Guillaumin C., 1985, « Sur la notion de minorité », L’Homme et la société, 77, 1, p. 101-109.

Kergoat D., 2011, « Comprendre les rapports sociaux », Raison présente, 178, 1, p. 11-21.

Kohli M., 1986, « The World We Forgot: A Historical Review of the Life Course », in Marshall V. W. (ed.), Later Life. The Social Psychology of Aging, London, SAGE, p. 271-303.

Lima L., 2010, « Les différences de situations entre générations dans le débat public », Regards croisés sur l’économie, n°7, p.71-79.

Mauger G., 1995, « Jeunesse : l’âge des classements. Essai de définition sociologique d’un âge de la vie », Recherche et prévisions, n°40, p.19-41.

Mauger G., 2015, Âges et générations, Paris, La Découverte (Repères).
Percheron A., 1991, « Police et gestion des âges », in Percheron A., Rémond R. (éds), Âge et politique, Paris, Economica, p.111-139.

Perriard A., 2017, Les figures de la dépendance problématique des adultes : analyse intersectionnelle des politiques sociales liées à l’âge et à l’emploi dans le canton de Vaud., Thèse de doctorat, Lausanne, Université de Lausanne.

Piterbraut-Merx D., 2020, « Doit-on protéger les enfants ? Les voies de la domination adulte », Revue du Crieur, n°15, 1, p. 106-113.

Rennes J., 2020, « Conceptualiser l’âgisme à partir du sexisme et du racisme: Le caractère heuristique d’un cadre d’analyse commun et ses limites », Revue française de science politique, vol. 70, n°6, p. 725-745.

Van de Velde C., 2015, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin (128).

Viriot Durandal J.-P., Le pouvoir gris. Sociologie des groupes de pression des retraités, Paris, PUF, 2003.

La soutenance de mémoire

J’ai constaté cette année que beaucoup d’étudiant-e-s de master appréhendaient la soutenance de mémoire et ne savaient pas à quoi s’attendre ni comment la préparer. Comment se déroule une soutenance ? Que faut-il présenter ?

Voilà un article pour répondre à vos questions. Pour le rédiger, je me suis appuyé sur mon expérience en tant qu’étudiant et enseignant, ainsi que sur de nombreux retours de la part de collègues. Il est possible qu’il manque néanmoins des informations ou que des lecteur-ice-s auront un avis différent : n’hésitez pas à laisser un commentaire si c’est le cas !

Le déroulement d’une soutenance de mémoire

Note : cette partie décrit l’organisation de la soutenance telle qu’elle se fait à l’université de Tours en sociologie : cela peut varier selon les cursus.

Une soutenance de mémoire dure un peu moins d’une heure. Elle se déroule en deux parties :

  • une première, durant laquelle vous présentez de manière synthétique votre mémoire ;
  • une seconde, où le jury de mémoire vous fera des retours et/ou vous posera des questions.

La présentation de votre mémoire peut durer entre 10 et 15 minutes. On vous demandera de conclure si vous dépassez les 15 minutes. C’est l’occasion de retracer l’élaboration du mémoire, avec une voix peut-être un peu plus personnelle que celle que vous avez utilisée à l’écrit, en s’attardant un peu plus sur la façon dont le sujet s’est élaboré ou bien sur votre méthodologie. Il ne s’agit pas de résumer le mémoire (nous l’avons lu) mais plutôt de le présenter sous un angle nouveau. Nous y reviendrons.

Une fois votre présentation terminée, ce sera au tour du jury de prendre la parole. En général, ce sont les membres extérieur-es du jury qui ouvrent la discussion, et la/le directeur-ice du mémoire qui la clôt. Chaque membre du jury prendra la parole et vous fera des retours sur sa lecture de votre mémoire ainsi que sur votre présentation. L’idéal est bien sûr que les forces et les faiblesses du travail présenté soit établies, mais certain-e-s peuvent se focaliser sur l’un ou l’autre de ces aspects.  La forme de ces retours peut également varier en fonction de la personne : certain-e-s préfèrent faire un retour pédagogique, formateur, et soulignent donc ce qu’il faudrait améliorer, sans poser de questions ; d’autres sont dans une démarche de discussion et utilisent des questions pour tester le raisonnement scientifique, peut-être aussi pour prolonger les pistes qui ont été dégagées dans le mémoire.

Chaque fois qu’un-e membre du jury aura fini ses retours, vous pourrez réagir, répondre aux éventuelles questions, bref vous engager dans une discussion scientifique avec la ou le membre du jury. Vous n’avez pas forcément à répondre à toutes les questions, vous pouvez choisir, et vous pouvez aussi vous contenter de remercier pour toutes les remarques dont vous avez pris bonne note. L’important est de ne pas adopter une posture défensive (ne pas se sentir attaquer par les remarques) mais constructive.

Le rôle du/de la directeur-ice de mémoire est plutôt de revenir sur le déroulement de l’année d’accompagnement, de donner un éclairage complémentaire sur le travail réalisé et de continuer la réflexion engagée. Ici aussi, le style peut varier en fonction de la personne qui vous a encadrée.

Une fois cette partie achevée, le jury vous demandera de sortir momentanément de la pièce (vous pouvez laissez vos affaires en place) et de fermer la porte derrière vous, afin qu’il puisse délibérer sur la note à accorder au mémoire et à la soutenance (il s’agit de deux notes séparées, souvent les mêmes en pratique mais on peut aussi relever la note de soutenance si on vous trouve plus convaincant-e à l’oral). Quelques minutes plus tard, le jury vous rappellera et vous annoncera vos notes – il est d’usage à ce moment que toutes les personnes présentes dans la pièce se lèvent, car c’est un moment formel.

À présent que nous avons une vision globale de la soutenance de mémoire, rentrons dans le cœur du problème : que dire pendant la présentation orale de votre mémoire ?

La présentation orale

Avant de rentrer dans des détails concrets, il me faut préciser l’attitude qui est qui est attendue de la part de l’étudiant-e. Gardez à l’esprit qu’une soutenance est, certes, un moment d’évaluation, mais également un échange scientifique. Nous vous soumettons aux mêmes critères d’évaluations que ceux que nous nous appliquons à nous-mêmes et à nos pairs (les chercheur-se-s). Il s’agit donc de permettre un dialogue constructif et objectif à partir de ce que vous avez produit à l’écrit.

Nous attendons donc de vous la capacité à prendre du recul sur le travail que vous avez fourni. Il faut vous prêter à la critique avec le regard le plus honnête et franc possible sur ce qui a été réalisé. Tâchez de trouver un bon équilibre : ni dans l’éloge de votre travail, ni dans une auto-critique complètement négative. Surtout, j’insiste là-dessus, n’adoptez pas une attitude défensive, ce serait assez mal perçu. Vous pouvez au contraire admettre d’emblée les faiblesses, expliquer un contexte de recherche difficile ou revenir sur un travail conséquent peu visibilisé dans le mémoire (un rapport de stage, l’ouverture du terrain,  l’élaboration d’un questionnaire…). N’en faites pas non plus des tartines sur les faiblesses et les limites : elles font partie de la présentation du travail, mais ne doivent pas prendre le pas sur le travail concret que vous avez réalisé et vos apports scientifiques et/ou méthodologiques. Ne comptez pas sur les membres du jury pour défendre votre travail : dans un monde idéal on aimerait que cela se passe comme ça, mais il est plus avisé de soi-même faire le travail de mettre (objectivement) en valeur ce qui est bien dans votre travail – au cas où on serait passé à côté.

En somme, permettre la critique scientifique, c’est être ouvert-e à ce que d’autres personnes testent la solidité du travail produit et en interrogent les apports et les faiblesses, sans le prendre pour soi. Je ne dis que pas que c’est une tâche facile – d’ailleurs, ça ne l’est pas forcément plus même quand on exerce le métier depuis des décennies ! Mais c’est néanmoins nécessaire, c’est l’une des conditions de possibilité de la science, et c’est précisément ce sur quoi vous êtes évalué-e.

La soutenance permet donc à la fois d’établir la solidité scientifique des thèses défendues dans le mémoire et d’avoir un échange qui vise à améliorer les capacités de réflexion, d’analyse, de terrain, etc. de la personne qui soutient son mémoire. Tout en étant un moment de passage, c’est aussi et toujours l’occasion de la transmission.

Maintenant que cela est établi, qu’allez-vous raconter pendant les 10 à 15 minutes qui vous sont allouées ?

Une collègue (Hélène Bertheleu) utilise ces quatre points pour évaluer un mémoire et un discours de soutenance : la construction de l’ensemble (la cohérence globale du mémoire et du discours), l’approche théorique / la problématique et les hypothèses de travail, la rigueur méthodologique, l’analyse et les résultats. Tout ces points doivent donc être évoqués au cours de votre discours.

Une stratégie simple serait de reprendre les principales lignes de votre mémoire (introduction, problématique, méthodologie, principaux résultats) en les résumant. Mais n’oubliez pas que nous avons déjà lu votre mémoire – certes, parfois un peu rapidement, mais néanmoins dans son intégralité et nous en avons encore les résultats en tête. Une reprise mot à mot du mémoire serait donc trop redondante, même s’il est utile de souligner les qualités et les grands résultats du mémoire. À vous de trouver un moyen original de les présenter sous un autre jour que celui que vous avez adopté à l’écrit.

Votre présentation devra donc mettre en avant des points saillants, des difficultés particulières et des perspectives de recherche futures. Comme vous avez eu un peu de temps depuis le dépôt du mémoire, vous pouvez profiter de la soutenance pour mettre davantage en lien  les arguments dispersés à l’écrit (et travailler ainsi à nouveaux frais la cohérence globale du travail). Un bon point de départ peut être de retracer votre cheminement : comment vous en êtes venu-e à traiter ce sujet, l’entrée sur le terrain, etc.

La présentation à l’oral est également le moment idéal pour retravailler la ligne directrice du mémoire si elle n’était pas suffisamment claire à l’écrit. Peut-être qu’en relisant le mémoire pour préparer votre soutenance, vous vous êtes rendu-e compte que votre titre, votre problématique ne correspondent pas exactement aux résultats présentés dans les chapitres. C’est un défaut courant. Je vois deux stratégies pour résoudre ce problème dans votre discours oral (ce qui vous donnera peut-être quelques points supplémentaires à l’oral par rapport à l’écrit). Soit vous ne répondez pas exactement à la problématique parce qu’à l’écrit vous n’avez pas suffisamment poussé le raisonnement, et donc vos résultats – bien qu’éclairants – ne sont pas directement reliés à la problématique. Dans ce cas, profitez de la soutenance pour aller plus loin dans vos conclusions et les relier explicitement à la problématique (“à partir de ce chapitre, nous pouvons répondre… à la question posée qui était…”). Soit la problématique que vous aviez rédigée se révèle être une sous-question, essentiellement abordée dans un seul chapitre du mémoire. Alors, vous pouvez réfléchir à trouver la vraie question à laquelle répond votre mémoire – et, oui, vous pouvez expliquer qu’en préparant la soutenance, vous vous êtes rendu compte des incohérences et avez adopté une autre façon de présenter vos résultats. Dans tous les cas, reformuler une question pour qu’elle corresponde davantage à ce que vous présentez n’est pas un problème mais plutôt une bonne idée. Le mémoire est présenté à l’oral mais vous pouvez aussi en profiter pour vous distancier un peu par rapport à ce que vous avez rendu.

Il est possible, si vous le souhaitez, de s’appuyer sur un support de présentation (powerpoint ou autre). Si c’est le cas, prévenez en amont. Vous pouvez également avoir des notes, même si les lire pendant la présentation n’est pas conseillé. On attend de vous un échange vivant. Travailler sur le côté oral (être à l’aise notamment) est donc très important et fait partie de l’exercice !

Et la délibération ?

Avant de vous laisser, il me reste une dernière question à aborder : que se passe-t-il durant la délibération ? Dans mon expérience (ma seule source sur ce sujet), la délibération est assez courte. Nous revenons rapidement sur les points faibles et les points forts. En général, en tant que directeur de mémoire, je laisse les autres membres du jury discuter d’une note ou d’une fourchette de note (par exemple 12-14) car il est difficile d’avoir un point de vue objectif sur un travail que l’on a accompagné durant toute une année. Bien sûr, j’ai mon mot à dire ! Mais jusque à présent, j’ai toujours été globalement d’accord avec les collègues qui faisaient partie du jury. Les directeur-ice-s sont aussi là pour témoigner de la façon dont s’est déroulé le travail sur le mémoire au cours de l’année (une grande implication pourra être valorisée par exemple).

Il ne vous reste plus qu’à vous y mettre !

Bon courage et bonne soutenance 😉

Enquêter sur internet – bibliographie

Cette bibliographie a été construite grâce à des recommandations sur des listes de diffusion de recherche. Il s’agissait de réunir les sources que l’on avait, il y a un an, pour réfléchir aux modalités d’enquête sociologique sur internet, en particulier concernant l’enquête qualitative.

Pour télécharger la bibliographie en format word :

Blog :

Co-vies 20 : blog sur le coronavirus et recherche en sociologie https://covies20.com/

Manuels :

Barats, C. (dir) (2013). Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales. Paris: Armand Colin.

Beuscart, J. S., Dagiral, E., & Parasie, S. (2019). Sociologie d’internet. Armand Colin, 2e édition.

Millette M.,  Millerand F., Myles D. et Latzko-Toth G., 2020, Méthodes de recherche en contexte numérique. Une orientation qualitative, Les Presses de l’Université de Montréal. Téléchargeable gratuitement : https://www.pum.umontreal.ca/catalogue/methodes_de_recherche_en_contexte_numerique/fichiers/c7fb8007-6419-457d-8ed2-f73786c642e1/9782760642508.pdf

Compilations en ligne de sources :

Anthropology Matters : Resources on online ethnography (https://docs.google.com/document/d/1OrVaVQi_UPA54eUX8u-mVbUZpUHsNxG5VCfGDRF-Hu0/edit#heading=h.lc15hfu77hvf)

LSE Digital ethnography collective reading club (https://docs.google.com/document/d/1RaFQdQFdijQs6eQ_UlZRBuF30oD80uvisDyJXFjwuzw/edit)

Lupton, D. (editor) (2020) Doing fieldwork in a pandemic (crowd-sourced document). Available at: https://docs.google.com/document/d/1clGjGABB2h2qbduTgfqribHmog9B6P0NvMgVuiHZCl8/edit?ts=5e88ae0a#

Revues et numéros spéciaux de revues :

RESET (Recherches en sciences sociales sur internet)

Réseaux

Sociologie n° 8 « Liens sociaux numériques » (2017)

French Journal For Media Research n°10 « Le web 2.0 : lieux de perception des transformations des sociétés » (2018) et n°6 « La toile négociée » (2016)

Entretiens par téléphone ou en visioconférence :

Fiche méthodologique (Carnet hypothèses dysolab) : « L’entretien par téléphone » : https://dysolab.hypotheses.org/2069

Fiche méthodologique (Carnet hypothèses dysolab) : « Réaliser un entretien par visioconférence » : https://dysolab.hypotheses.org/2071

Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by Telephone: Specific Considerations, Opportunities, and Challenges. International Journal of Qualitative Methods, 428–445.

Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative social work : QSW : research and practice, 15(1), 118–133

Lo Iacono, V., Symonds, P., & Brown, D. H. K. (2016). Skype as a Tool for Qualitative Research Interviews. Sociological Research Online, 21(2), 103–117.

Soyer, L. & Tanda, N. (2016). Skype, un média innovant pour optimiser la coopération à distance entre chercheur et participants à la recherche. Innovations Pédagogiques, nous partageons et vous? Oser l’innovation pédagog-ique, Analyse, 3(1), 27-42.

Theviot, A. (2021). « Confinement et entretien à distance : quels enjeux méthodologiques? » Terminal. Technologie de l’information, culture & société, (129). https://doi.org/10.4000/terminal.7193

Usage d’application mobile

Béliard, A. & Brossard, B. (2012). « Internet et la méthode ethnographique : l’utilisation des messageries instantanées dans le cadre d’une enquête de terrain. » Genèses, 88, 114-131. https://doi.org/10.3917/gen.088.0114

García, Borja, Jo Welford, and Brett Smith, “Using a Smartphone App in Qualitative Research: The Good, the Bad and the Ugly.” Qualitative Research 16, n° 5, 2016, p. 508–25.

Kaufmann, K., & Peil, C. (2020). “The mobile instant messaging interview (MIMI): Using WhatsApp to enhance self-reporting and explore media usage in situ.” Mobile Media & Communication, 8(2), 229–246. 

Enquête sur internet

Fiche méthodologique (Carnet hypothèses dysolab) : « Sociologie et applications pour smartphone » : https://dysolab.hypotheses.org/2089

Barraud de Lagerie, P. & Sigalo Santos, L. (2018). « Et pour quelques euros de plus : Le crowdsourcing de micro-tâches et la marchandisation du temps. » Réseaux, 212, 51-84. https://doi.org/10.3917/res.212.0051

Bastard, I., Cardon, D., Charbey, R., Cointet, J. & Prieur, C. (2017). « Facebook, pour quoi faire : Configurations d’activités et structures relationnelles. » Sociologie, 8, 57-82. https://doi.org/10.3917/socio.081.0057

Branthonne, A., & Waldispuehl, E. (2019). « La netnographie pour étudier une communauté masculiniste en ligne : contributions méthodologiques d’un E-terrain. » Recherche qualitative, hors série, 24, 6-19.

Beaudouin V. et Pasquier D. (2014), « Organisation et hiérarchisation des mondes de la critique amateur cinéphile », Réseaux, vol.32, n° 183, pp.123-160.

Béliard A.-S., Brossard B., 2012, « Internet and Ethnographic Method : the Use of Instant Messaging in Field Surveys », Geneses, 88, 3, p. 114‑131.

Berry V., 2012, « Etnografìa en Internet : describir el virtual », Les Sciences de l’education – Pour l’Ere nouvelle, 45, 4, p. 35‑58.

Bidart, C. & Kornig, C. (2017). « Facebook pour quels liens : Les relations des quadragénaires sur Facebook. » Sociologie, 8, 83-100. https://doi.org/10.3917/socio.081.0083

Bouju, J. (2015). Une ethnographie à distance?. Retour critique sur l’anthropologie de la violence en République centrafricaine. Civilisations. Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines, (64), 153-162.

Chibois, J. (2021). « L’identité numérique de l’ethnographe.. Analyse réflexive et stratégies d’enquête dans les terrains multiplexes. » Terminal. Technologie de l’information, culture & société, (129). https://journals.openedition.org/terminal/6883#authors

Clouet, H., Oudot, J. & Noûs, C. (2021). Une dématérialisation contrainte : enquêter par temps de Covid-19. Sociologies pratiques, 43, 85-96. https://doi.org/10.3917/sopr.043.0085

Delon M. (2017), « Les liens de la mémoire/ Sociabilité et visibilité à travers un blog d’anciens habitants des cités de transit de Nanterre », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 8.

Héas, S., & Poutrain, V. (2003). « Les méthodes d’enquête qualitative sur Internet. » ethnographiques. org, 4, 2003.

Martin O., Dagiral É. (2021), Les liens sociaux numériques, Armand Collin

Pastinelli M., 2011, « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel !: Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne », Anthropologie et Sociétés, 35, 1‑2, p. 35‑52.

Pharabod, A. (2017). « Fréquenter des inconnus grâce à internet: Une sociabilité personnelle sans les liens ?. » Sociologie, 8, 101-116. https://doi.org/10.3917/socio.081.0101

Raschini E., « 1 brybry dans le bidou. Le vocabulaire des forums sur la grossesse et la procréation médicalement assistée : représentations de la norme et communautés », Langage et société, 2017/1 (N° 159), p. 23-39.

Theviot, A. (2013). Devenir «ami» avec 4500 enquêtés. Les enjeux éthiques de l’analyse d’interfaces semi-privées», tic&société [En ligne], 7(2).

Trigeaud, S. H. (2021). « Du quilt aux «masques COVID» : l’exercice d’application des normes AFNOR relève-t-il du bricolage de fortune ou du geste de participation civile ?. » Anthropologica, 63(1), 1-29.

Méthodes quanti :

Epstein, M., & Bourgeois, N. (2018). A statistical analysis of French teachers’ blogs: beyond institutional perspectives. French Journal for Media Research, 10.

Les hypothèses et les tris croisés

Un petit pdf sur la différence entre variable dépendante et indépendante ainsi que sur la façon dont on réalise et interprète les tris croisés.

Ensemble documentaire – la conscience de la domination

Cet ensemble documentaire a été créé dans le cadre d’un cours d’enquête qualitative, pour aider les étudiant-e-s à appréhender les questions de classes sociales en sortant d’une vision purement nominative ou subjective des classes.

Voici les questions que les documents adressent :

Est-ce que la personne que je rencontre pour mon enquête est consciente de sa domination ? Est-ce qu’il suffit que je lui pose des questions du type « se sent-elle dominée ? » pour savoir si elle l’est ? Consent-on à sa domination ? Et est-ce que cela signifie que la domination ne repose que sur le monde des idées ?

Problématiser – à partir de l’article de Cyril Lemieux

Ce support visuel récapitule la “méthode Cyril Lemieux” autour de la problématisation en sociologie.

Pour consulter l’article : https://www.cairn.info/l-enquete-sociologique–9782130608738-page-27.htm

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search